Share

Ne leur faites plus le coup de la panne… Elles sauront la réparer !

 

La mécanique automobile a toujours été considérée comme un métier d’hommes, mais contrairement aux idées reçues, le secteur attire également de nombreuses femmes. Malgré certaines limites pour entrer dans ce monde où les préjugés sont bien présents, elles sont de plus en plus nombreuses à tenter leur chance, encouragées par l’évolution des mentalités et de la profession en elle-même. Et même si des inégalités subsistent, rien n’empêche les plus passionnées de suivre leur voie !

 

Femme mécanicienne réparatrice automobile

 

Les femmes dans le secteur de l’automobile

 

Selon une étude menée par l’ANFA, en 2014, on comptabilisait 90 000 femmes salariées dans la branche des services de l’automobile, ce qui représente environ 23% de l’ensemble des salariés du secteur. Cependant, ce sont dans les professions administratives (secrétaires, comptables) ou à des postes peu qualifiés qu’elles sont le plus représentées. Peu de femmes travaillent dans les professions techniques du secteur. En revanche, s’il y a un point sur lequel la gent féminine est en force, ce sont les diplômes ! 57% des femmes de la branche ont obtenu un diplôme supérieur ou égal au Bac, contre 34% des hommes.

 

Graphique part des femmes branche de l'automobile                                          Graphique part des travailleurs ayant obtenu un diplôme

 

 

Au sein des écoles de formation, la part de femmes inscrites est plus importante année après année. Le nombre de femmes formées a doublé entre 2015 et 2019 pour atteindre 4.0% de l’effectif. Certains établissements mettent d’ailleurs en place des actions pour attirer plus de femmes dans leurs formations. Le GARAC, École nationale des professions de l’automobile, a par exemple organisé une journée spéciale pour les jeunes filles s’intéressant au monde l’automobile. Accueillies par une partie des jeunes femmes en formation à l’école, elles ont pu profiter d’une matinée d’immersion en atelier Mécanique-Électronique Automobile.

 

Graphique part des femmes dans les effectifs de formation

 

Des préjugés tenaces

 

La part des femmes dans le secteur de l’automobile augmente chaque année en même temps que les clichés reculent, bien que les femmes doivent toujours faire face à un certain nombre de difficultés pour parvenir à se faire une place dans le domaine.

 

Selon une étude menée par le comparateur de pneus Tiregom en 2018, 22% des Français ne feraient pas confiance à une femme garagiste. Les hommes sont-ils plus doués que les femmes pour la mécanique ? Dans cette même étude, 12% pensent que oui et 25% estiment que cela ne vaut que pour certains domaines techniques. 63% des répondants renient donc l’affirmation, une belle évolution de ce côté-là. On précisera en revanche qu’autant de femmes que d’hommes pensent que les hommes sont plus doués pour la mécanique que les femmes… Des clichés qui ne sont donc pas seulement ancrés dans l’esprit des hommes !

 

Graphique les hommes sont-ils plus doues que les femmes pour la mecanique

 

Malgré une évolution des états d’esprit, les femmes rencontrent toujours un certain nombre de difficultés pour entrer dans le milieu. Les préjugés sont nombreux, et ce tant au niveau des employés, qui n’ont pas l’habitude de travailler avec des femmes à leurs côtés, qu’au niveau des clients, souvent surpris de voir une femme s’occuper de la réparation de leur véhicule. 

 

Nombreux sont les témoignages de jeunes femmes qui racontent avoir eu du mal à convaincre les entreprises de leur laisser une chance, faisant face à des employeurs et à des collègues réticents. Et pour cause, d’après une étude test menée en 2018*, une femme candidate à un emploi considéré comme masculin (mécanicien, jardinier, chauffeur-livreur…) a 22% de chances de moins qu’un homme d’être reçue en entretien par un employeur… Mais cela n’a pas empêché de nombreuses jeunes femmes de réussir à se faire une place dans le métier et même à être reconnue dans leur travail. La clé, c’est la détermination !

 

*Testing sur les discriminations à l’embauche en raison du sexe, réalisé par La Fondation des Femmes, novembre 2018

 

Le métier de mécanicien(ne) automobile

 

Un esprit d’analyse, logique et méthodique, de l’habileté, de la rigueur et un sens du contact client, telles sont les qualités requises pour exercer le métier de mécanicien(ne). Des qualités qui ne sont bien évidemment pas réservées aux hommes ! 

 

Image réparation automobile

 

Les métiers de la mécanique pouvaient autrefois demander une certaine force physique pour être exercés, mais ce n’est plus autant le cas aujourd’hui. L’évolution technologique y est pour quelque chose : les systèmes électroniques présents dans les véhicules ont rendu plus facile la réalisation du diagnostic des pannes. Ainsi, même s’il est préférable d’avoir une bonne condition physique, c’est aujourd’hui surtout la rigueur qui est de mise, pour la manipulation des produits toxiques et des machines mais aussi et surtout pour le travail à réaliser pour le client qui doit repartir avec un véhicule sûr et en bon état de marche. Et d’ailleurs, rigueur et minutie ne sont-elles pas des qualités plus généralement reconnues chez les femmes ?

 

La mécanique automobile est avant tout un travail de passionné(e)s, et les jeunes femmes ne devraient pas se laisser dissuader de se lancer sur leur voie de prédilection. Le métier est en constante évolution, tout comme les mentalités ! 

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les métiers de la mécanique automobile et sur les parcours à suivre, par ici pour découvrir notre article sur les formations pour devenir mécanicien.

 

Mecagirl, l’automobile au féminin

 

Pour s’approcher au plus près du sujet des femmes et de la mécanique automobile, nous sommes allés interviewer Anne, créatrice du blog “La Mécanique pour les filles”, un blog dans lequel elle partage de précieux conseils et astuces de mécanique automobile. (Pas seulement réservé aux femmes !)

 

Logo la mecanique pour les filles

 

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre blog ?

Anne alias « Mecagirl », j’ai 30 ans et j’ai créé le blog « lamecaniquepourlesfilles.com »  dans le but de donner des conseils pour faire l’entretien courant de sa voiture. Il y a beaucoup de choses simples et accessibles qui peuvent être faites pour entretenir sa voiture et réaliser de belles économies sur son budget auto !

 

Quelle est la mission de votre blog “La Mécanique pour les filles” ? 

Je vous partage mes expériences, mes conseils et astuces parce que nous sommes tous obligés de nous occuper de notre voiture à un moment donné (révisions, changement de pneus, pannes, etc.) mais cela n’est pas obligé d’être une corvée. Au contraire, on peut prendre du plaisir autant en la réparant qu’en la conduisant ! Malgré son nom, le blog s’adresse aux hommes comme aux femmes, il y a d’ailleurs beaucoup d’hommes qui me suivent, surtout sur Youtube. Les clichés ont la vie dure pour les femmes mais pour les hommes aussi, qui doivent “forcément” être bricoleurs et savoir réparer les voitures ! 😉

 

Comment vous êtes-vous formée à la mécanique automobile ? Qu’est-ce qui vous a motivée ?

En pratiquant avec mon frère qui est bricoleur, auprès d’amis et en côtoyant des professionnels. Pour la théorie, je lis des livres pédagogiques. J’aime la mécanique, c’est pour moi un plaisir d’apprendre et de partager mes connaissances. De par les questions et les retours des internautes sous mes posts ou mes vidéos, j’améliore aussi mes connaissances. Il y a un réel échange avec ma communauté et c’est motivant 🙂

 

Pensez-vous que la vision des femmes par rapport à la mécanique automobile peut changer ?

Elle est déjà en cours d’évolution, il y a de plus en plus de femmes mécaniciennes professionnelles et certaines ont même leur propre garage. Je trouve ça génial ! Et selon le premier baromètre d’Oscaro Observatoire réalisé avec la société de conseil et d’analyse du comportement BVA (1 000 automobilistes français et 1 640 clients Oscaro), plusieurs surprises ont émergé chassant tous les possibles préjugés : sur 28% qui se déclarent auto-réparateurs, autrement dit, “les automobilistes français ayant effectué au moins une fois un entretien ou une réparation lors des 24 derniers mois sur leur véhicule”, 40% sont des femmes ! 

 

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux femmes qui souhaitent se tourner vers la voie de la mécanique ?

Faire abstraction des critiques et des mauvaises langues et écouter son cœur. Si la mécanique est vraiment l’activité qui vous anime, qui vous donne envie de vous lever le matin, n’hésitez plus ! Beaucoup de femmes en reconversion professionnelle m’écrivent pour me demander des conseils. Je n’ai qu’une chose à dire : foncez ! 🙂 Toutes les mécaniciennes professionnelles que je connais sont tellement heureuses de faire le métier qu’elles aiment. 


Si vous êtes encore novice en mécanique et que vous souhaitez mettre vos aptitudes à l’épreuve, n’hésitez pas à suivre Mecagirl et ses tutos sur Youtube qui pourront vous initier aux bases de la mécanique !